Système canadien d'information sur les feux de végétation

Prévisions mensuelles et saisonnières

Sommaire

L’aperçu de la sévérité des conditions météorologiques propices aux feux de forêt est basé sur une comparaison de la sévérité saisonnière prévue et de la sévérité moyenne telle que calculée par le Méthode canadienne d'évaluation des dangers d'incendie de forêt (MCEDIF). Les deux modèles principaux de la MCEDIF sont la Méthode canadienne de l'indice forêt-météo (IFM) et la Méthode canadienne de prévision du comportement des incendies de forêt (PCI). L’aperçu se concentre sur les éléments de la méthode IFM.

Structure de la méthode de l'indice forêt météo

Comme le montre la figure ci-dessus, la méthode IFM se compose de six éléments qui représentent les effets du vent et de l’humidité du combustible sur le comportement du feu (Van Wagner, 1987). Les trois premiers éléments sont les indices d’humidité du combustible : l’indice du combustible léger (ICL), l’indice de l’humus (IH), et l’indice de sécheresse (IS). Ce sont des cotes numériques représentant les teneurs en humidité moyennes de la litière et autres combustibles légers, des couches organiques faiblement tassées de profondeur modérée et des couches organiques tassées profondes, respectivement. Les valeurs élevées dénotent des combustibles secs. Seul l’IS peut faire suivre jusqu’au printemps les conditions d’humidité de l’automne.

Les trois autres éléments, l’indice de propagation initiale (IPI), l’indice du combustible disponible (ICD) et l’indice forêt-météo (IFM), sont des indices de comportement du feu, qui représentent respectivement le taux de propagation du feu, la quantité de combustible disponible et l’intensité du feu sur le front; leur valeur augmente en même temps que le danger d’incendie.

L'indice journalier de sévérité (IJS) et sa valeur moyennée dans le temps, l’indice saisonnier de sévérité (ISS), sont des prolongements de la méthode IFM. L’IJS est une transformation de la valeur quotidienne de l’IFM, calculée comme suit :

Équation pour calculer l'IJS

Les valeurs élevées de l’IFM sont accentuées par la relation de puissance. L’IJS peut être cumulé sur le temps, sous la forme d’un IJS cumulatif, ou moyennée sur le temps, sous la forme de l’ISS :

Équation pour calculer l'ISS

IJSi est la valeur de l’IJS pour le jour i, et n le nombre total de jours. L’IJS peut être moyenné sur un mois, pour donner l’indice de sévérité mensuel (IMS). Des valeurs de 2 ou plus sont généralement de conditions très favorables aux incendies.

Pour la présente étude, on a évalué la sévérité des conditions météo propices aux incendies en comparant l’IJS (et l’IMS) à l’IJS (et l’IMS) moyens, sous la forme d’un rapport. Les ISS moyens pour le Canada étaient basés sur les conditions météorologiques moyennes de 1971 à 2000, telles que calculées par le Système canadien d'information sur les feux de végétation (SCIFV). Dans le cas présent, les conditions météorologiques ont été moyennées par station et par jour (p. ex. température, humidité, vitesse du vent et précipitation moyennes pour le 1er avril, le 2 avril, etc., pour Victoria, Kamloops, etc.) afin de produire des séries chronologiques d’observations météorologiques quotidiennes allant du 1er avril au 30 septembre, qui ont été utilisées pour calculer les conditions de danger de feu. Les précipitations ont été totalisées et appliquées une fois par semaine (jours multiples de 7) pour saisir les régimes intermittents (sinon, le temps moyen comprendrait de la bruine pour chaque journée). Les valeurs du système IFM ont alors été calculées pour chaque station pour cette année artificielle de conditions météorologiques moyennes.

Les IMS prévus ont été créés en appliquant systématiquement les anomalies mensuelles (différence entre la moyenne et la prévision) à chaque valeur quotidienne de conditions météorologiques moyennes en se basant sur les prévisions mensuelles et saisonnières fournies par Environnement Canada. À l’heure actuelle, ces prévisions comportent une prévision probabiliste pour les 4 mois à venir, qui est basée sur une approche d’ensemble et une prévision déterministe à horizon de 12 mois basée sur des techniques statistiques.

Les anomalies mensuelles issues de ces méthodes ont été recueillies pour chacune des stations météorologiques visées dans cet aperçu de la sévérité des conditions météo propices aux incendies. Pour la température, l’anomalie a été ajoutée à chacune des valeurs quotidiennes moyennes; pour les précipitations, elle a été appliquée sous la forme d’un changement en pourcentage des pluies hebdomadaires estimatives. Dans le cas de la prévision probabiliste, chaque ensemble a été traité uniquement par rapport aux séries chronologiques, ce qui a donné un ensemble de séries chronologiques de conditions météorologiques quotidiennes. À leur tour, les calculs du système IFM ont été appliqués à chaque série chronologique pour produire un ensemble de valeurs de l’IMS par mois, et les valeurs finales de l’ISS par station.

La figure illustre l’application des anomalies saisonnières

La figure ci-dessus illustre l’application des anomalies saisonnières. La ligne bleue y représente la température quotidienne moyenne à Edmonton pour chaque jour d’avril à septembre. Les perturbations sont appliquées systématiquement à chaque valeur quotidienne en fonction de l’aperçu saisonnier d’Environnement Canada. Dans ce cas, on prévoit que les températures d’avril et mai seront inférieures à la normale; la ligne de prévision est donc sous la moyenne. De même, les valeurs prévues pour juin à septembre sont des températures supérieures à la moyenne. À noter que la valeur de l’anomalie varie d’un mois à l’autre, comme on le voit en comparant l’anomalie d’avril à celles de juin et juillet.

La figure ci-dessus montre les calculs effectués pour les 10 membres de l’ensemble d’un modèle utilisé pour la prévision probabiliste

La figure ci-dessus montre les calculs effectués pour les 10 membres de l’ensemble d’un modèle utilisé pour la prévision probabiliste. La série des conditions météorologiques moyennes sur 30 ans est représentée en noir, les prévisions pour les membres individuels de l’ensemble en bleu, et la prévision du modèle déterministe en rouge. En traitant séparément chaque membre de l’ensemble, l’étalement des prévisions donne une mesure de la confiance en la prévision.

Références

Pour un complément d’information sur la prévision forêt-météo, on peut consulter :

Anderson, K.R.; Englefield, P.E.; Carr, R. 2007. Predicting fire-weather severity using seasonal forecasts. In 7th Symposium on Fire and Forest Meteorology, Bar Harbor, ME, 23–25 October 2007. Am. Meteorol. Soc., Boston, MA

Van Wagner C.E. 1987. Élaboration et structure de la méthode canadienne de l'Indice Forêt-Météo. Service canadien des forêts, Ottawa, ON. 37 p.

 

Cartes de la sévérité mensuelle prévue

 

Dernière mise à jour :